Les robots sont de plus en plus présents dans tous les secteurs de l’économie, occupant la place des employés. Et pour beaucoup d’experts, toute révolution commencerait par faire diminuer l’emploi, mais aussi en créer d’autres pour assurer le développement.  Le numérique produit-il autant d’emplois qu’il n’en détruit ?

Des points de vue qui divergent

Selon une enquête récente, 42% des emplois actuels en France seraient menacés de disparition d’ici les dix prochaines années. Pire,  les pessimistes estiment qu’un emploi sur trois disparaîtra à cause des robots. Pourtant, le tableau n’est pas entièrement noir. Dans l’étude « The Future Of Jobs, 2025: Working Side By Side With Robots », les enquêteurs argumentent que le numérique provoquera plutôt une mutation des métiers qu’une destruction pure et simple. En effet, si certains postes disparaîtront, le marché du travail s’adaptera aux innovations. Ainsi, de nouveaux emplois seront inventés pour créer les machines, les manipuler et les entretenir. Le cerveau de l’Homme sera toujours indispensable à la robotique.

Faut-il accepter la réalité ?

La remarque est évidente : la robotique entraîne la disparition de certains emplois et en même temps présente un avantage non négligeable. Malgré ce constat, il y a aussi des métiers qui ne seront pas touché. C’est le cas des professions artistiques, car difficile d’imaginer son chanteur préféré remplacé par un robot.

Il faut donc l’accepter : le futur est déjà là. De nos jours, le défi de tout le monde consiste à tirer le meilleur parti de la robotisation, aussi bien les consommateurs que les citoyens. Chacun devra rester attentif à sa capacité à obtenir sa place dans le monde professionnel du futur. Il en est de la responsabilité individuelle de tout un chacun. Aussi, il s’agira d’intégrer le paramètre numérique dans les formations supérieures pour se plier réellement aux besoins du marché de l’emploi.

Rédigé par admin