La question de l’intégration des nouveaux apports de la psychologie et des sciences humaines dans le schéma pédagogique élémentaire continue de séduire les directeurs des écoles françaises. Basée sur les travaux de Howard Gardner, professeur à l’Université de Harvard et auteur du Best-seller « Frames of Minds : the Theory of Multiple Intelligence », cette théorie s’intéresse à la passionnante question de l’intelligence humaine, et en propose une classification pertinente, reprise par de nombreux chercheurs en communication et psychologie. Le mardi 1erseptembre n’est pas seulement le jour de la rentrée des classes pour les élèves de l’école Sainte-Famille à Blendecques, c’est aussi celui de leur initiation aux intelligences multiples appliquées à la pédagogie. Décryptage…

Un concept séduisant pour une école plus créative

Face à l’hétérogénéité croissante des profils des élèves, considérée comme un véritable frein aux enseignements « communs » par plusieurs professeurs, le concept des Intelligences Multiples peut apporter une nouvelle perspective en favorisant la différenciation et la synergie pédagogique. L’essence de la théorie est relativement simple : Gardner suggère que « chaque individu est doté de plusieurs types d’intelligences, pour lesquelles il possède naturellement des compétences inégales ». La classification en huit parties comprend, entre autres, l’intelligence corporelle (s’exprimer à travers le mouvement), interpersonnelle (facilités sociales), logique-mathématique, musicale…Etc.  Selon Bruno Hourst, chercheur en pédagogie et premier enseignant à avoir expérimenté  les Intelligences Multiples à l’école, « il ne s’agit pas d’enfermer les individus dans un seul type d’intelligence, mais de les aider à perfectionner celle qui domine tout en veillant à combler les lacunes qu’ils peuvent avoir dans d’autres types d’intelligences ». Il n’en faut pas plus pour convaincre Audrey Crèvecœur,  directrice de l’école Sainte-Famille à Blendecques : « j’ai eu un cours sur cette théorie et ça ne m’a plus quitté. On va la mettre en place avec tous les collègues pour cette rentrée ». En adoptant la pédagogie des Intelligences Multiples, l’établissement de Blendecques capitalise sur les retours positifs des expériences antérieures, notamment celle de l’école Les Hauldres de Moissy-Cramayel.

Pédagogie des Intelligences Multiples : Comment et pourquoi ?

La mise en œuvre concrète des apports de la pédagogie des Intelligences Multiples n’est pas normalisée, mais la méthode des ateliers est la plus commune. Il s’agira de procéder à un diagnostic des profils des élèves au mois d’Octobre afin de conforter (ou non) les enseignants dans leur première impression. C’est le rôle de la « salle des intelligences », qui regroupe six espaces ludiques correspondants aux intelligences « palpables ». Gardner émet l’hypothèse que les individus se dirigent quasi-instinctivement vers ce qui stimule leur intelligence dominante. L’enseignant complète un « tableau des observables » qui qualifiera chaque étudiant. Par la suite, des groupes de travail seront constitués, et l’apprentissage pourra démarrer par le perfectionnement des intelligences fortes  ou la mise à niveau des intelligences à développer. Afin de garantir la fluidité du programme, il est généralement conseillé de solliciter la collaboration active des médiathèques et ludothèques de la ville dans la conception et la mise en place des ateliers. Outre l’enthousiasme et la motivation des élèves pour cette approche inédite et stimulante, des potentiels inopinés pourront être découverts par les enseignants. L’autonomie est ainsi renforcée, et les élèves en difficulté auront l’opportunité d’expérimenter une nouvelle posture pédagogique qui, souvent, débloque les construits cognitifs et réduit le risque « d’enkystement des lacunes ».

 

Crédit photo : lavoixdunord

Rédigé par admin